Le dispositif FLAM

   Le programme « Français langue maternelle » (FLAM) a été créé en 2001 par le ministère des Affaires étrangères, à l’initiative d’élus représentant les Français établis hors de France. Le dispositif d’appui financier aux associations FLAM a été confié en 2009 à l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE), à la suite des recommandations des états généraux de l’enseignement français à l’étranger.

   Son objet est d'apporter un soutien à des initiatives extrascolaires visant à favoriser la pratique de la langue française chez des enfants ressortissants français scolarisés localement, dans une autre langue que le français.
 

Objectifs et public :

   L’objectif premier du dispositif d’appui financier aux associations FLAM est de permettre à des enfants français établis à l’étranger de conserver la pratique de la langue française et le contact avec les cultures française et francophones en suivant, dans un contexte extrascolaire ou parascolaire, des activités spécifiques.

   Ce dispositif peut répondre aussi bien aux besoins de familles binationales dont la résidence dans un pays donné est souvent de longue durée qu'à ceux de familles expatriées pour des périodes moins longues qui, pour des raisons diverses, ne scolarisent pas leurs enfants dans des établissements d'enseignement français à l'étranger. S’il vise à répondre prioritairement aux besoins des familles françaises, ce dispositif peut également s’adresser à des familles d’autres nationalités dont les enfants ont une connaissance minimum du français.

   Les activités de langue et culture françaises s’adressent à tous les enfants âgés de 5 à 16 ans au moment de leur inscription annuelle. Elles n’ont aucunement vocation à se substituer à l’enseignement scolaire, leur mission étant d’assurer un bain linguistique et culturel dans un cadre extrascolaire complémentaire. Les activités des associations FLAM ne doivent pas entrer en concurrence avec l’offre de cours de français langue étrangère (FLE) et de certifications du réseau culturel, qui s’adresse en priorité à un public non français et non francophone.

 
Principes et critères d’éligibilité :

 

  • Les organismes éligibles sont des associations à but non lucratif, régies soit par le droit français (loi de 1901) soit par la législation locale. Elles doivent être distinctes de toute association de Français de l’étranger à vocation générale, qu’elle soit affiliée ou non à une fédération reconnue d’utilité publique.La pratique de la langue française doit apparaitre comme but principal et spécifique dans les statuts de l'association.

  • Les programmes d’activités sont placés sous la responsabilité exclusive d’une association qui assure le pilotage et le financement du projet pour lequel elle sollicite une subvention. Les instituts français, centres culturels français, alliances françaises, établissements d’enseignement français à l’étranger peuvent être des opérateurs, des points d’appui ou des établissements d’accueil d’une opération FLAM. L’association se consacre à l’organisation d’activités autour de la langue et des cultures française et francophones.

  •  L’effectif des associations doit comprendre un minimum de 50% d’enfants français et leur nombre ne peut être inférieur à 10 enfants français (dont binationaux) auxquels peuvent se joindre des enfants d’une autre nationalité. Aucun élève scolarisé dans un établissement d’enseignement français homologué ne peut être comptabilisé au titre d’une demande FLAM. Les activités proposées aux enfants âgés de moins de cinq ans, qui ne sont pas éligibles à l’attribution d’une subvention de ce programme, seront néanmoins indiquées - pour information - dans les demandes et dans les comptes-rendus annuels.

  • Le concours financier de l'AEFE ne peut dépasser 50% du coût total du budget prévu pour la période annuelle. Il vise avant tout à aider les associations au montage du projet. Aussi, ce soutien financier décroit-il réduit à mesure que croit la pérennisation des activités, sans aller au-delà de cinq ans. La demande de subvention de l’association doit intégrer cette dégressivité.

 

Pour en savoir plus, consulter le Guide administratif et financier du dispositif FLAM.

Démarches pour bénéficier du dispositif